Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire - Tome 1 : Tout commence mal de Lemony Snicket


En tombant sur cette saga dans une foire aux livres, je me suis dit qu'elle me disait quelque chose, et que j'avais sans doute commencé à la lire étant plus jeune. Je n'ai alors pas hésité à l'acheter, afin de replonger dans cet univers plus que sombre et déroutant.

Ce roman commence par un avertissement au lecteur, annonçant le côté dramatique de l'histoire des orphelins de Baudelaire.



On y suit Violette, Klaus, et Prunille, venant de perdre leurs parents, et se retrouvant donc orphelins, livrés à eux-mêmes et sans famille directe pour les accueillir.

Ils rencontrent alors un étrange personnage qui les oriente vers un membre plus qu'éloigné de leur famille, qui s'avère n'être juste qu'un profiteur, un manipulateur, et un odieux personnage, ne souhaitant qu'une chose : mettre la main sur l'héritage des trois enfants.

C'est ainsi que Monsieur Olaf, cet être ignoble, va opérer aux pires stratégies pour servir sa cause. Mais les trois orphelins, ayant beaucoup de ressource dans leurs besaces, ne sont pas prêts à se laisser faire.
Et ainsi, d'absurdité en horreur, nous allons suivre leurs pérégrinations, jusqu'au point culminant de ce qui s'apparente réellement à une piece de théâtre.

Ce roman est très noir, avec des incursions régulières du narrateur, qui nous rappellent l'absurdité des mésaventures des orphelins Baudelaire. Le ton se veut humoristique, et même cynique, tout au long du livre. Ces incursions rajoutent du piment au récit.
J'ai adoré ce roman qui a fait naître en moi des sentiments vraiment contradictoires, mélangeant colère, dégoût, rire et absurdité.

Ce roman se lit très vite, étant très court, avec des chapitres faisant entre deux à quatre pages. 

Les enfants sont attachants, et cela naît de la solidarité qu'il existe entre eux. On les voit se débattre contre le monde malveillant qui les entoure, avec beaucoup d'entraide.

L'auteur pousse son style vraiment jusqu'à bout, ce qui en fait un roman très atypique, mais parfaitement maîtrisé.
J'ai adoré les illustrations de Brett Helquist, qui ponctuent et pimentent la lecture. Elles sont très bien réalisées et nous plongent d'autant plus dans l'univers que l'auteur a voulu créer.

En conclusion je dirai que je me suis sentie vraiment déconnectée lors de cette lecture, qui fut des plus atypiques. Elle crée un décalage servit par le cynisme et l'univers de l'auteur. Le seul bémol pour moi a été que ce décalage était parfois trop important, m'empêchant par moments de m'identifier pleinement aux personnages.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La Passe-Miroir Tome 1 - Les Fiancés de l'Hiver de Christelle Dabos

Le Puits des Mémoires - Gabriel Katz

Meurtres pour rédemption - Karine Giébel